Je suis candidate pour le Parti animaliste

Quand le Parti animaliste a été lancé il y a 6 mois, j’étais dubitative. Qu’est-ce que cela veut dire de voter pour un parti politique monothématique centré sur la cause animale ? Est-ce vraiment responsable de voter pour un parti animaliste pour des élections législatives ? Est-ce qu’il n’y a pas des choses plus importantes auxquelles penser même quand on se sent comme moi très concernée par la cause animale ?

Je me posais beaucoup de questions sur ce que je devais faire, alors j’ai décidé d’aller à la rencontre des membres fondateurs du Parti animaliste pour écouter leurs arguments et me faire une opinion. Je suis revenue convaincue à tel point qu’aujourd’hui je suis candidate pour le Parti animaliste dans la 3ème circonscription des Français établis hors de France*.

Les animaux sont omni présents dans notre vie. La France est championne d’Europe avec ses 63 millions d’animaux de compagnie. Mais la plupart du temps les animaux ne se promènent pas au bout d’une laisse, ils se retrouvent dans nos assiettes, dans nos vêtements, dans nos loisirs (chasse, zoos, corridas, delphinariums…). Ils entrent dans la composition de nombreux produits sous forme de colle, de colorant, d’assouplissant, de graisse ! Ils sont aussi utilisés pour tester l’efficacité ou la toxicité des cosmétiques, des produits de toilette, des produits ménagers, des médicaments, de divers matériaux. En France, on abat chaque jour 3 millions d’animaux, soit plus d’un milliard en un an dans des conditions épouvantables. L’exploitation animale a aussi des conséquences sur notre santé (la consommation de viande augmente les maladies cardiovasculaires et diminue la résistance aux antibiotiques), notre environnement (l’élevage accroit les gaz à effet de serre et la pollution), et même notre sécurité (il y a un lien entre la violence faite aux animaux et celle faites aux humains). Mais notre économie aujourd’hui repose sur l’exploitation massive des animaux. Les intérêts économiques en jeu sont énormes. Pour mémoire en 2016, la filière bovine a générée a elle seule 9,4 milliards de chiffre d’affaires.

La question animale est une question centrale. Elle nous invite à repenser notre rapport à l’altérité, aux humains comme aux animaux ; elle nous interpelle sur notre modèle économique ; elle nous pousse à développer une réflexion de long terme sur notre environnement, notre santé, notre futur et le futur de la planète. Comme le dit Dominique Lestel, Enseignant en philosophie contemporaine à l’ENS : « Dans quelques décennies, l’émergence des partis animalistes sera considérée comme un moment clé du XXIe siècle. Alternative à l’opposition droite – gauche, ils sont l’occasion de transformer radicalement la société ».

Nous sommes tous concernés par la question animale. Et cette question ne peut pas se résoudre uniquement par des actions individuelles ou au travers d’associations de la société civile. Elle doit être portée et débattue au niveau politique et cela ne pourra se faire qu’en donnant une voix à ceux, de plus en plus nombreux, qui s’en préoccupent.

Pour les législatives de 2017, le Parti animaliste a préparé un programme riche qui propose notamment d’adosser une charte de la protection animale à la constitution, de créer un ministère de la protection animale non assujetti au ministère de l’agriculture et d’abolir les pires pratiques dans l’élevage et le divertissement. L’ensemble du programme est consultable sur le site du parti www.parti-animaliste.fr.

Finalement, quand on y réfléchit ce qui est surprenant ce n’est pas de voter pour le Parti animaliste, bien au contraire, ce qui incroyable aujourd’hui c’est le peu d’importance que l’on attache à la question animale dans la politique française. Le Parti animaliste français n’est ni un cas isolé ni une aberration. Il existe des partis animalistes dans 9 autres pays européens, aux Etats-Unis, en Australie et en Turquie. L’Australie compte un sénateur, le Portugal un député et le parti animaliste néerlandais a 53 élus dont une eurodéputé.

Alors oui voter pour le Parti animaliste aux législatives de 2017 est un choix responsable et éminemment politique.

Les animaux comptent, votre voix aussi!

* : La troisième circonscription des Français établis hors de France est une vaste région d’Europe du Nord qui regroupe l’Islande, l’Irlande, le Royaume-Uni, la Norvege, la Suede, la Finlande, l’Estonnie, la Lettonie, la Lutuanie et le Danemark.

 

Partager: